Jeudi 31 MAI

Sortie de Printemps ...

JOURNEE "TERROIR" EN LOT & GARONNE

En matinée nous avons visité les Caves de  BUZET avec une représentante qui nous a présenté la cave dans son ensemble dans une salle où étaient représentées les différentes phases de vinification.

Puis nous avons visité le chai de vieillissement, l'embouteillage etc... puis retour dans le magasin pour une petite dégustation de vins et pour terminer vente directe des vins de la coopérative "Les Vignerons de Buzet". Des vins respectueux de l'Homme et de la Nature.

Puis nous sommes partis sur MONTGAILLARD  à la "Ferme de LAFITTE" accueilli par Jean Pierre Caillau, homme "haut en couleur" maniant notre langue avec humour, bonhomie et bonne humeur. Cet artisan conserveur  nous a convié à cette  parenthèse gastronomique en nous plongeant dans l'univers du canard sous toutes ses formes. Nous nous sommes délectés, papilles en émoi " et avons fait bombance dans un cadre charmant, chaque petit groupe sur une table-roue autour d'un grand tonneau...

A noter : Apéritif artisanal accompagné de saucisson de canard, une Garbure paysanne gouteuse à loisir, suivi d'un Foie gras de canard mi cuit au torchon et son vin blanc moelleux, Rillettes de canard au foie gras à gogo, Confit de canard accompagné de ses pommes de terre frites maison ...une merveille ! et pour terminer une Croustade aux pommes et à l’Armagnac suivie d'un petit café - armagnac.

Jamais nous n'aurions pensé que ce délicieux repas de "terroir", qui bien que copieux, a fait le bonheur de beaucoup d'entre nous et parfaitement digéré. Mais le soir ? grand régime !

Puis nous avons repris la route sous un temps mitigé.

Hélas la visite prévue de la Bastide de VIANNE, prévue initialement fut annulée en raison d'un problème de guide malade et notre voyagiste nous a proposé la visite du Musée de l'Abeille à XAINTRAILLES.

MUSEE DE L’ABEILLE

 Ce musée se consacre à l'apiculture depuis les temps anciens. Il présente la vie des abeilles à travers la visite d'une ruche vitrée et la récolte du miel avec le matériel utilisé au fil du temps. Une dégustation de miel vous est proposée. La fille du propriétaire nous a développé tout le processus et répondu à nombre d'incertitudes. Puis elle nous a proposé leurs produits

A l'aller nous avions longé  la grande bastide de VIANNE et étions désolés de ne pouvoir visiter  cette forteresse médiévale, aussi  sur le retour comme il nous restait un peu de temps, notre chauffeur nous a fait la surprise de s'arrêter devant la Bastide de VIANNE. C'est donc avec un grand plaisir que nous avons visité brièvement l'ensemble de ces charmants édifices, aussi voici quelques photos pour vous faire partager ces agréables moments.

Merci à ceux qui ont  pu faire quelques photos et pour remplacer ce guide absent, si nous faisions un peu d'histoire ?

Cette terre d’Agenais venait d’être rétrocédée aux anglais cinq ans plus tôt. Construite en 1284, la Bastide étant en terre d'Aquitaine était devenue anglaise après le remariage d'Aliénor et d'Henri II Plantagenêt et portait un nom de femme celui de Vianne de Gontaud-Biron, propriétaire des terres.

 

Cette partie du duché d’Aquitaine fut –avec d’autres- rattachée à la couronne d’Angleterre en 1154, lorsque Henry Plantagenêt, époux d’Aliénor, devint roi d’Angleterre, puis qu’elle passa sous tutelle des Comtes de Toulouse en 1196, avant que Philippe le Hardi ne cherche à l’intégrer dans les terres du roi de France en 1271. La Place était l’âme du village : halle et autres commerces s’y retrouvaient avec la maison des consuls, les couverts, le puits … Les rues s’y coupent à angles droits suivant un plan orthogonal.

 

Les Remparts mesurent 1250 mètres et sont encore remarquablement conservés. Les constructions, de bois amovibles, étaient mises en place à cheval sur le sommet des remparts lorsque l’on se préparait à soutenir un siège, peaux de bêtes fraiches ou herbe humide les recouvraient afin d'éviter qu’elles puissent prendre feu.

 

Les Tours et Tours Portes, utilisées pour la défense, ne portaient pas de toiture en temps de paix mais, comme pour les remparts, on les équipait de hourds en cas de besoin. Quatre tours portes, une sur chaque côté, permettaient de gérer entrées et sorties. Leur appareil défensif variait de l’une à l’autre, on pouvait y trouver herses, assommoirs, bretèches, archères, barbacanes, douves et pont levis. Certains angles des remparts étaient en outre flanqués de tours, rondes ou carrées selon le besoin.

 

Les Tombes du Haut Moyen Âge (pourrissoirs) situées dans l’ancien cimetière, de part et d’autre de la porte romane aujourd’hui murée, elles vont par paires et remonteraient à l’époque carolingienne (IXe siècle). On y découvre la position des corps et les claies de pierre qui soutenaient tête, bassin et pieds. Couverts d’une dalle, les corps se décomposaient avec le temps jusqu’à ce qu’il n’y ait plus que les os. Une fois réduits, ceux-ci basculaient au niveau inférieur : l’emplacement était à nouveau disponible.

 

L'Eglise pourrait être l'œuvre de Templiers si l’on en croit certaines marques gravées dans la pierre : il y avait de nombreuses commanderies dans la région. Antérieure à la bastide de 100 à 150 ans, elle faisait alors partie d'un village d’origine gallo-romaine : Villelongue. Son style originel roman, parmi les plus purs, fut augmenté d’une travée gothique au XIVe siècle.

 

La Louve gravée sur le mur extérieur de l'abside, on pourrait penser qu’il s’agit d’un graffiti anodin. Mais la tradition orale rapporte depuis des siècles que, avec une autre que l’oncherche toujours, elles indiqueraient l’origine et l’orientation d’un souterrain (reliant Vianne à Montgaillard ?) par lequel des renforts auraient pu venir prêter forte aux habitants, en cas de siège…

 

Le projet d'un pont Suspendu sur la Baïse étant arrêté dès 1840, sa construction fut réalisée grâce à une souscription locale. Il fut inauguré en 1844.

 

Si la navigation sur la Baïse resta assez irrégulière jusques sous Henri IV, des postes de péages étaient cependant déjà en place dès le XIIIe siècle. Mais c'est Sully qui fit aménager les premières écluses, certes rustiques, sur la base de plans de Léonard de Vinci.

 

Ce n'est qu'après 1835 que des décisions de Napoléon 1er prirent effet grâce aux travaux d'un jeune sous-préfet, le baron Haussmann : les écluses furent maçonnées et agrandies, une liaison réalisée avec le canal latéral (1850) à Buzet, et l'aménagement de la haute Baïse (1862) permirent d'assurer un flux suffisant tout au long de l'année. Ses gabarres ont longtemps transporté farines, vins, armagnacs, et autres denrées. Mais le trafic commercial diminua progressivement pour s'arrêter en 1964. Après une longue période de repos, elle trouve un nouvel essor grâce au tourisme fluvial qui permet a de nombreux touristes de découvrir le Pays d'Albret de façon originale.

 

La Pierre - Très réputée, la pierre de Vianne a servi pour construire de nombreux ouvrages dont une partie des quais de Bordeaux. C'est un calcaire blanc non gélif, mais assez nécrosé, qui date du tertiaire.

 


Balade vers...

visite guidée de St Bertrand de Comminges et de la Cathédrale Sainte Marie de St Bertrand de Comminges du 11/12e siècle, (architecture romano-gothique), ses vitraux Renaissance, le chœur de stalles sculptées et les orgues du 16e siècle sont remarquables. Vous apprécierez également l’intimité du cloître roman du 12e siècle.      

-          L’après midi, nous aurons une visite guidée du Château de Valmirande : l’ensemble créé « ex nihilo » à partir de 1892 par le Baron de Lassus. De style Néo-Renaissance, le château et ses dépendances ont été édifiés par l’architecte bordelais Louis Garros. Puis partons à la découverte des dépendances (écurie et sellerie), de la chapelle (1902-1905) avec ses vitraux, marbres et sacré cœur. Le parc, d’une quarantaine d’hectares (tulipiers de Virginie, hêtres pourpres, cèdres du Liban…), conçu par Eugène Bülher est classé « jardin remarquable ».

 

Promenade en Basse Navarre à Saint Palais et Irissary

Notre sortie de Printemps nous a porté sur Saint Palais et Irissary.

Le matin : Visite et découverte de la fabrique de linge basque à Saint Palais dont certaines pièces sont de vrais bijoux. Un métier de dextérité de savoir faire et de passion qui nous entraîne entre histoire et tradition.

L'après midi : Irissarry est un joli village à découvrir. Les premières traces de constructions datent du XIIème siècle avec la maison Ospitalea, célèbre hôpital des chevaliers de l’ordre de Jean de Jérusalem, devenu aujourd’hui un Centre d’Education au Patrimoine et entièrement réhabilité par le Conseil Général des Pyrénées Atlantiques, l’église Saint Jean Baptiste et son oratoire du XIIème siècle, ses dalles funéraires sous le porche, son retable trinitaire, son orgue, ses galeries en bois méritent bien une visite... les nombreux mégalithes qui datent de l’époque paléolithique se trouvent sur le mont Baigura situé à 897 m d’altitude. Cette colline approvisionne tout le village d' Irissarry en eau potable grâce à ses 5 sources naturelles.

Visite de la Maison Ospitalea, autre appellation de la Commanderie d’ Irissary . Ce bâtiment du XVIIème siècle fut une commanderie de l’Ordre de Malte, particulièrement harmonieux entre cette architecture imposante et  massive et l’allure contemporaine de l’aménagement intérieur.

 

Et pour terminer, accueil chez Minhondo où le gâteau basque est une histoire de famille avec dégustation de ce produit typique et emblématique du Pays Basque. Certaines se sont mises à la confection de ce fameux gâteau sous la houlette d'un charmant pâtissier qui nous a délivré sa recette gourmande.

...eh oui nombre d'entre nous en sont ressortis avec leurs petits ou gros paquets de gourmandises !!! Attention gentes dames et gentils messieurs à notre diabète (oh pardon ! pour certains)...

A la découverte de la Navarre côté  espagnol / OLITE la médiévale...

Et nous partons pour la Navarre espagnole. Nous traversons monts et vallons qui font la beauté du paysage vers Pampelune puis  nous poursuivons sur OLITE .

Une silhouette élancée et harmonieuse se profile... C'est le château d'OLITE qui domine la petite ville médiévale, à 42 km de Pampelune. Siège de la cour Royale au Moyen Age sous Charles III le gentil, épaisses murailles et tours crénelées ont abrité rois et princesses. Le château constitue l’exemple le plus significatif du gothique civil de Navarre.

Promenade dans les rues étroites où nous déambulons à la découverte de belles maisons de pierre aux blasons prestigieux et avant-toits en bois, le long de galeries médiévales et de splendides églises, sans oublier les murailles romaines puis nous allons déguster et faire nos emplettes dans une Cave que nous visitons et sous la houlette d'un homme charmant qui nous présente de façon fort imagée et volubile les procédés de la fermentation et les vins de Navarre qui font le bonheur des papilles, ventant la renommée méritée des crus d’Olite (rosés, rouges primeurs, crianzas et reservas) bénéficiant de l’appellation Navarre, le tout dans un langage fort convenable de la pratique de la langue française . Puis nous continuons vers UJUE, autre village médiéval perché à 840 mètres d’altitude, qui nous a accueilli pour un déjeuner traditionnel dans une pittoresque boulangerie-restaurant, grande tablée fort conviviale et gargantuesque. Après ces mets originaux et délicieux, c'est repus que nous sommes partis à la découverte de ce magnifique village aux rues étroites, dominé par le sanctuaire forteresse de Santa Maria de Ujue. Un panorama remarquable sur la cordillère pyrénéenne et la plaine de la Ribera. Nous repris notre car pour un retour sur Arthez de Béarn ... mais avec une halte imparable à Béobie pour quelques achats !!!  Quel dommage qu'une trentaine d’adhérents aient participé à ces moments enchanteurs que nous avons partagé avec bonheur non ? Une sortie culturelle et dépaysante sous un doux soleil et un ciel d'un bleu magnifique et orchestré par notre adorable guide Miquel qui nous a conté de grands moments historiques en les ponctuant d'anecdotes  avec beaucoup d'humour.

Clin d’œil sur la journée en Gironde...

Les Gaouyous en « vadrouille… »

 Un petit groupe d’une trentaine d’adhérents du club d’ Arthez de Béarn est parti la semaine dernière sur les routes de la Gironde pour la fête des Rhododendrons  et le Musée des Allumettes…

 

A SAINT SELVE, au Domaine de Grenade, créé par le baron Edmond de Carayon-Latour et son épouse Henriette de Chateaubriand en 1859. Après de nombreuses années de rénovation et de réhabilitation, le Domaine est un exceptionnel patrimoine architectural et paysager.

 

Promenade commentée en petit train dans les Jardins du Parc, labellisé « Jardins remarquables »  par le Ministère de la culture depuis 2007. Avec la plus grande forêt de rhododendrons d’Europe (40 hectares), le Domaine de Grenade offre un site exceptionnellement fleuri chaque année au mois de Mai.

 

 Après une parenthèse déjeuner pour ravir nos papilles, ce fut le départ sur FONTET pour la visite du Musée de l’Artisanat, du Monument en allumettes et des Sciences Naturelles.

 

Y sont présentées de minutieuses maquettes d'allumettes reproduisant des monuments tels que l'abbaye de La Réole (150000 allumettes), le Château de Versailles, la Cathédrale de Reims (350000 inscrites au Guinness des Records), mais aussi différentes sortes de navires, ou encore de nombreux outils utilisés jadis dans nos campagnes.

 

Nos « Gaouyous » enchantés par cette grande balade « fleurie » et par une douce température sont rentrés sur Arthez de Béarn en « chansons »…

 

Joie et bonne humeur étant le maitre mot pour cette agréable journée.

 

et très prochainement une vidéo ...

 


Une journée à ...

Visite de l’église du XIe siècle « Ste Marie »et découverte de son tympan, clocher et retable du XVe siècle, lieu de vie des religieuses bénédictines et d’Infantes de la famille royale du premier roi d’Aragon,  visite guidée du Musée Diocésain d’art religieux médiéval du Haut Aragon : chapiteaux romans dans le cloitre, espace dédié aux livres de chœurs,  musique et cloques, peintures murales dans l’ancien  réfectoire. 

Puis ce fut le vieux Monastère de San Juan de la Peña surplombant le rocher du même nom.

Nous n'avons pu, hélas, visiter Santa Cruz de la Seros, faute de temps...  un déjeuner tardif et un certain nombre de nos voyageurs souhaitant s'arrêter, comme prévu initialement, aux ventas de Camfranc. Journée très intense culturellement parlant, mais fort intéressante, qui s'est terminée dans la bonne humeur comme d'habitude.

Une journée à Lectoure

Le 05 Mai dernier, un petit voyage d'une journée dans le Gers a eu lieu et nous sommes partis à la découverte de LECTOURE. Nous étions une trentaine de seniors en partance pour la visite du cœur de cette ville qui regorge de trésors témoignant de son glorieux passé. Des petites ruelles nous ont emmenées aux remparts, à  la cathédrale St Gervais en passant par l'ancien château des Comtes d'Armagnac, la Fontaine de Diane et la Tannerie Royale.

Puis nous avons fait une dégustation de produits du terroir. Après un repas convivial, nous nous sommes rendus à l'ancienne tannerie du XVIIIe siècle où l'on nous a raconté l'étonnante histoire du  "Bleu de Lectoure" du Pastel, cette plante crucifère dont les feuilles produisent un bleu exceptionnel en peinture et en teinture, suivi de la visite de la salle où sont entreposés tous les produits qui en dérivent.

Après cette agréable ballade, retour dans la joie et la bonne humeur (et en chansons) dans notre fief arthézien.